Recette: La saine alimentation | Pasquier | Mon Pasquier, mon épicerie tout en fraîcheur.

La saine alimentation

En ce mois de la nutrition, mettez fin au combat avec les aliments!

De plus en plus, le consommateur est confronté à une panoplie de produits soi-disant «santé» ou présentés comme faisant partie intégrale d’un mode de vie sain. Ce n’est pas toujours facile de faire des choix éclairés lors d’un souper au restaurant ou encore dans les allées de l’épicerie. En réalité, l’important c’est de garder une relation saine avec l’alimentation. De ce fait, comment y parvenir?

La saine alimentation, un terme large qui inclut autant l’aspect physiologique que psychologique. Tout d’abord, il est important de mentionner que dichotomiser les aliments en deux catégories (d’un côté les aliments « santé » et de l’autre le « Junk Food ») est une illusion. En effet, aucun aliment en soi ne garantit la santé à quiconque. Ainsi, à titre d’exemple, une saine alimentation ne peut être composée uniquement de fruits et de légumes, même si ceux-ci sont associés à un mode de vie sain. Une alimentation composée majoritairement de fruits et légumes au détriment des autres groupes alimentaires mènerait de façon assurée à des carences nutritionnelles et par le fait même, à des ennuis de santé.  Ceci dit, il y a certes des aliments plus intéressants que d’autres sur le plan nutritif, d’où l’importance de faire des choix judicieux. Ces aliments sont ceux qui ne sont pas uniquement composés de « calories vides », mais qui fournissent plutôt de l’énergie à plus long terme, en plus de vitamines et minéraux essentiels au bon fonctionnement de l’organisme.

Dans cette optique, le ministère de la Santé et Services sociaux du Québec a créé en 2010 la Vision de la saine alimentation. Cette vision priorise les aliments décrits ci-haut et qui sont nommés « aliments quotidiens », c’est-à-dire à intégrer dans l’alimentation sur une base régulière. Viennent ensuite les aliments « d’occasion », puis les aliments « d’exception », qui ont une moins grande valeur nutritive. Ainsi, cette vision permet de faire valoir que la saine alimentation inclut des aliments de toute sorte. De même, il est à noter que cette dernière inscrit les aliments dans un continuum plutôt qu’en catégories bien divisées. Autrement dit, tous les aliments sont permis, c’est la quantité et fréquence à laquelle on les consomme qui fait la différence. En effet, un régime restrictif n’est pas plus sain : les interdits créent une relation malsaine avec les aliments, car cela risque fortement d’engendrer un sentiment de récompense ou encore de culpabilité suite à l’ingestion d’un aliment. Vaut mieux se contenter de temps à autre d’une portion raisonnable d’un aliment qui nous fait plaisir, une sucrerie par exemple, que de s’en priver, puis de tomber dans l’excès par manque de contrôle. La perception qu’une personne a des aliments influence énormément ses choix alimentaires. Par conséquent, l’aspect psychologique est tout aussi considérable pour l’organisme que les aliments ingérés.

Somme toute, avoir une saine alimentation n’est pas sorcier. Il suffit de consommer en portions raisonnables des aliments de tous les groupes alimentaires afin d’avoir une alimentation équilibrée, pourvu que cela ne devienne pas une obsession. Ainsi, ne vous restreignez pas face à un aliment, savourez-le plutôt avec modération. La saine alimentation peut donc se résumer simplement par ces termes : qualité, quantité et fréquence. Dites-vous qu’il est impossible de se tromper en mangeant varié!

Bon appétit!

Votre nutritionniste Orange Santé – Pasquier


Retour aux découvertes