Recette: L’ABC de l’alimentation intuitive | Pasquier | Mon Pasquier, mon épicerie tout en fraîcheur.

L’ABC de l’alimentation intuitive

L’alimentation intuitive est en soi une approche qui permet d’améliorer sa relation avec la nourriture, afin de rendre l’acte de manger beaucoup plus agréable. Dans une ère où l’information nutritionnelle se trouve en abondance, quoi que parfois de manière quelque peu chaotique, l’alimentation intuitive se veut simplement une façon de se remémorer l’importance d’être à l’écoute de son corps au moment présent. Elle s’oppose à la tendance des régimes restrictifs, qui non seulement augmentent la catégorisation des aliments en « bons » et « mauvais » aliments, mais créent également des interdits. En effet, le fait de se restreindre face à un aliment ou un type d’aliment, augmente le désir de consommation de ceux-ci, car ces aliments deviennent soudainement encore plus alléchants. Cela occasionne également un sentiment de culpabilité et parfois même de perte de contrôle si la tentation devient trop grande. Bref, ces régimes n’ont rien de bénéfique à proposer, d’autant plus que plus la perte de poids s’effectue rapidement, plus les risques de regagner ces livres ou kilos sont élevés. C’est ce qu’on appelle le « syndrome yoyo ».

L’alimentation intuitive, en revanche, est étroitement reliée à la notion de saine alimentation, c’est-à-dire permissive pour tout type d’aliment, pourvu qu’il y ait modération (voir article précédent à ce sujet). Cela requiert toutefois d’être à l’écoute de ses signaux de faim, de rassasiement et de satiété que le corps nous envoi. En d’autres mots, il faut distinguer une faim physiologique d’une faim psychologique. Ces trois signaux indiquent lorsque le corps a besoin de nourriture, lorsqu’il en a consommé suffisamment et s’il est satisfait ou non entre les repas. À force de régimes restrictifs ou de toujours vouloir finir son repas sans même se demander si la faim est toujours présente, ces signaux tombent dans l’oubli. L’appétit est alors guidé par l’environnement externe, comme la taille de la portion dans l’assiette. En effet, il est prouvé que plus la taille de la vaisselle utilisée ou de la portion est grande, plus la consommation sera grande. Il peut donc s’avérer difficile d’être à l’écoute de son corps. Cela demande en effet une certaine intériorisation et de l’assiduité. Voici quelques conseils pour y parvenir plus facilement :

  • S’accorder un moment pour le repas, sans distraction extérieure. Manger tout en terminant ses dossiers ou les yeux rivés sur un écran détourne l’attention de sur l’appétit et embrouille les signaux.
  • Ralentir son rythme de consommation au repas. Cela laissera le temps au corps d’envoyer ses signaux de rassasiement. Pour ce faire, déposez la fourchette entre chaque bouchée ou tentez l’expérience de manger de la main non dominante, au besoin.
  • Éviter de manger à même le contenant. Cela peut paraître contradictoire de décider à l’avance la quantité qui rassasiera votre faim, mais servez-vous une portion que vous considérez raisonnable, quitte à se resservir une deuxième fois. Ce n’est pas interdit! De cette façon, cela oblige à se demander si la faim est toujours présente. Au contraire, manger à même le contenant amène le risque de consommer au-delà de la faim réelle.
  • Se permettre des collations entre les repas lorsqu’une fringale se pointe. Résister augmente les risques de « rages » ou encore de se servir une double portion au repas suivant. Attention toutefois aux collations caloriques et peu nutritives qui ne soutiennent pas longtemps.
  • Se trouver une façon de satisfaire ses émotions autre que par la nourriture. Souvenez-vous que les émotions sont une excellente façon de brouiller les signaux!
  • Finalement, vous permettre de manger ce dont vous avez envie en savourant chaque bouchée, plutôt que de tomber dans l’excès. Comme mentionné précédemment, ne vous créez pas de plaisirs coupables, optez plutôt pour la modération.

Même si cela peut paraître complexe au début, dites-vous qu’adopter une relation plus saine avec l’alimentation ne peut qu’être bénéfique. À chacun son rythme.

N’hésitez pas à consulter un ou une nutritionniste qui se fera un plaisir de vous guider pas à pas.

 

Votre nutritionniste Orange Santé 


Retour aux découvertes